seduction-online.com
Image default
Sexualité et techniques sexuelles H/F

Qu’est-ce que la domination sexuelle et quelle en est sa source ?

Rate this post

Dans une relation entre un homme et une femme, les partenaires assument les rôles de celui qui domine et de celui qui devient volontairement l’esclave. Eh bien, en règle générale, le rôle du dominant est joué par un homme. C’est-à-dire que le leader se considère comme plus important, ses intérêts sont plus importants pour lui et il est plus égoïste que l’autre partenaire. La partenaire féminine qui dirige, protège la relation au détriment de ses propres intérêts. Parce qu’il est dans la nature de la femme de donner naissance aux enfants, de créer les conditions pour les maintenir en vie. Être le gardien de la maison. Puis, les hommes sont censés résoudre les problèmes mondiaux : explorer de nouveaux territoires, les conquérir, chercher des moyens de survivre aux catastrophes.

Le rôle de la domination dans les relations hommes et femmes

La domination dans les relations n’est qu’une propriété de l’Homme en tant qu’espèce. La manière dont elle se manifeste exactement dans la vie ne dépend plus de la nature. L’éducation, l’exemple des parents, l’environnement dans lequel le futur homme ou la future femme vit et se forme, les livres qu’ils lisent – tout est important. Il n’est pas toujours possible d’attribuer à un homme une qualité telle que la dominance. Ces derniers temps, de plus en plus de femmes sont dominantes dans les relations. Et les sociologues disent que c’est la conscience de l’égalité entre les hommes et les femmes, et plus encore, la domination des femmes sur les hommes qui perturbent la vie et les relations familiales.

L’influence de idéaux féministes dans le rôle des dominations sexuelles et en couple

Les idées du féminisme, qui ont rendues les femmes plus fortes, ont en même temps rendu les hommes plus faibles. Maintenant, nous sommes perdus. En même temps, les humains veulent être indépendants, autosuffisants, mais seulement… ils doivent rester protégés et préservés d’une catastrophe sociale. Cette dualité et cette incohérence des désirs est en soi une cause de stress. Après tout, on ne peut pas avoir ce que l’on veut ! L’anxiété s’installe : « ne suis-je pas assez forte pour tout prendre en main, ou ne puis-je tout simplement pas trouver l’homme idéal ? Ou peut-être qu’il n’y en a pas ? Tous les hommes sont velléitaires, irresponsables, sans noyau interne. Il est vrai que parfois il y a un homme avec un noyau. Il est prêt à protéger et à défendre, mais à sa manière. Il peut crier et disparaître pendant quelques jours. ».

Le rôle de la femme dominante marche-t-il vraiment ?

domination sexuelle
domination sexuelle

Et tout semble aller pour le mieux, la femme dirige et l’homme est un subalterne. Le système devrait fonctionner. Mais pour une raison quelconque, cela ne fonctionne pas comme il le faudrait, et les deux sont mécontents. Les hommes commencent à boire, à sortir, les femmes les « harcèlent ». En effet, chacun attend inconsciemment de l’autre qu’il remplisse son rôle naturel. Un homme veut se sentir un homme, être le chef de famille et avoir une femme obéissante. Et une femme veut se décharger de ses responsabilités et sentir un vrai homme, des soins et de l’attention à proximité. Mais le problème est que ni l’un ni l’autre n’est prêt à assumer ce rôle, parce que l’éducation, parce que les modèles de comportement sont fixés dès l’enfance et que les rôles sont prescrits et distribués depuis longtemps, et que le système est établi. Et ils ne savent tout simplement pas comment faire autrement. Il s’avère donc que les hommes et les femmes s’accusent constamment d’être malheureux, mais que personne ne veut voir la raison en soi.

Les comportement sont fixés dès l’enfance et que les rôles sont prescrits et distribués depuis longtemps, et que le système est établi. L’exemple de la Moneymiss avec son Moneyslave vient casser les codes de la domination, malgré l’aspect malsain et BDSM qui se cache derrière. Et ils ne savent tout simplement pas comment faire autrement. Il s’avère donc que les hommes et les femmes s’accusent constamment d’être malheureux.

La soumission du point de vue des femmes

Remettre en question l’objectivité présumée du point de vue masculin et son adoption systématique est nécessaire à la fois sur un plan politique et épistémologique, c’est-à-dire au niveau de la construction de la connaissance. Sur le plan politique, il est impossible de

de promouvoir une quelconque égalité entre les hommes et les femmes si cette l’égalité doit être construite à partir d’une perspective masculine, c’est-à-dire une perspective qui ne prend pas forcément en compte l’expérience des femmes ou ne la comprend pas pleinement comprendre. Par exemple, certaines philosophes féministes ont montré que la philosophie politique classique repose sur une distinction entre une sphère publique et politique, réservée aux hommes et dans laquelle les individus sont conçus comme indépendants aux hommes et dans laquelle les individus sont conçus comme indépendants les uns des autres, et une sphère privée, centrée sur la famille, dans laquelle les femmes sont confinées la famille, à laquelle les femmes sont confinées et dans laquelle les personnes les hommes sont liés les uns aux autres par des relations d’amour et de dépendance jusqu’à la fin du vingtième siècle, occulte cette distinction, bien qu’elle en dépende, et exclut donc les femmes du domaine politique par défaut.

En remettant en question la perspective masculine neutralisée nous permet de révéler la manière dont la domination masculine se structure et se structure et se rend durable. Comme mentionné plus haut, à cette dimension politique s’ajoute une dimension épistémologique, il y a une dimension épistémologique : contester l’hégémonie de la perspective masculine et l’étude du monde à partir des femmes ouvre la voie à une compréhension plus complète du monde que nous habitons. Les marxistes ont été les premiers à défendre l’idée l’idée selon laquelle la connaissance est située et que la position sociale des agents leur confère une perspective spécifique sur le monde. Le site perspective des dominants et celle des dominés n’ouvrent pas la même compréhension du monde. Pourtant, que se passe-t-il lorsque l’on étudie la domination masculine et la question de l’égalité des sexes ?

La perpétuation des inégalités entre les hommes et les femmes dans les sociétés occidentales, dans lesquelles les femmes ont, globalement, les mêmes droits juridiques que les hommes semble incompréhensible. Si les femmes ont les mêmes droits que les hommes, ont accès à l’éducation, à l’emploi, aux fonctions politiques, et pourtant se retrouvent dans une situation d’infériorité dans ces domaines, n’est-ce pas tout simplement parce qu’elles sont moins bonnes que les hommes ou qu’elles préfèrent rester à la maison ? La réponse évidente à l’énigme de l’endurance de la domination masculine, quand la perspective adoptée est celle de l’homme, est que les femmes sont maintenant des agents comme les autres et que si elles se trouvent dans une position inférieure, c’est probablement en raison d’une nature inférieure ou différente. Mais que voit-on lorsqu’on examine la domination masculine du point de vue des femmes ?

Face à un système patriarcal, même si les femmes sont naturellement égales aux hommes et ont les mêmes droits, se soumettre aux hommes peut être un choix rationnel. Cela ne veut pas dire que toutes les femmes sont soumises ou qu’il y aurait une sorte d’essence spécifique qui les rendrait plus forte, qu’il y aurait une sorte d’essence spécifique qui les destinerait à la soumission. Il s’agit simplement d’une observation : très souvent, en regardant de la domination masculine du point de vue des femmes – de ce que cette cette domination leur fait, c’est voir la complexité et l’ambiguïté de cette soumission. Cela révèle aussi ce qui en elle peut être attrayant et plaisant, mais aussi aliénant. Étudier la soumission des femmes du point de vue des femmes ne veut pas dire que seules les femmes portent la responsabilité de la soumission ,seules les femmes portent une responsabilité dans la persistance de la domination masculine. Au contraire, elle démontre ce que la domination masculine masculine fait aux femmes, comment elle est vécue par les femmes, et comment elle et comment elle façonne leurs choix et leurs désirs d’une manière que la philosophie classique, dans son sexisme méthodologique, n’a pas su démontrer.

Les pratiques émergentes de la domination

La croissance soudaine et continuelle de la domination impose de nouvelles pratiques sexuelles plus ou moins originales. Depuis l’arrivée de l’Internet et en s’inspirant du Japon, les hommes et les femmes dénotent leur perversité. En particulier, des sites permettant d’acheter des culottes sales portées de femmes venant de tous les pays ne cessent de se développer. Le récent exemple pourrait être le site de vente de culottes sales culotte-sale.be parce qu’il  démontre que ce marché se fait conquérir littéralement au sein de tous les pays, allant des plus grands aux plus petits. La pratique consiste pour l’homme à prendre la culotte usagée d’une inconnue puis de s’en servir afin de l’ajouter lors de ses ébats sexuels solitaires ou au sein de son propre couple. Il s’agit en sorte d’une manière de soumettre l’homme à son niveau primaire. En sentant et dégustant les différents liquides et tâches rejetées par les femmes, le jugement peut nous faire penser à une forme de domination ou de gouffre sexuel.

Autres articles à lire

4 raisons de faire un massage naturiste en couple

administrateur

Pour faire jouir une femme, passez à la technique d’alignement coïtal

administrateur

La satisfaction sexuelle, un élément pour entretenir une relation de couple

administrateur

Comment bien embrasser ?

Irene

La branlette grecque : tout savoir sur cette pratique sexuelle pour intensifier vos préliminaires

administrateur

Le massage naturiste Paris, un soin à la fois érotique et relaxant.

administrateur